Accueil > Ressources > Guides > Pédagogie de projet et ses composantes > Responsabilité individuelle

Responsabilité individuelle

Description
La responsabilisation individuelle signifie que chaque élève est responsable de ses apprentissages et responsable d’aider ses coéquipiers. Malgré le travail fait en équipe, chaque élève est responsable de démontrer qu’il a atteint l’ensemble des objectifs d’apprentissage.

FAQ

Comment peut-on développer la responsabilisation individuelle?
La réussite
Si l'on part du principe voulant que le succès appelle le succès, on peut comprendre l'importance pour les élèves de vivre des expériences de succès. Plus les expériences de succès seront fréquentes, meilleure sera l'image que les élèves se feront d'eux-mêmes. Il est donc important de structurer l'apprentissage de façon à ce que les élèves puissent connaître un maximum de succès. Il existe quatre propositions :

  • Choisir (ou laisser les élèves choisir) des buts pédagogiques appropriés et des activités pertinentes qui permettent aux élèves d'apprendre à un niveau qui leur convient.
  • Faire participer les élèves de façon active dans un apprentissage qui a un sens pour eux.
  • Contrôler l'apprentissage des élèves et modifier le programme selon les besoins.
  • Faire en sorte que l'apprentissage progresse par ordre de difficultés croissantes, en allant du plus simple au plus complexe.

Le niveau identique
Pour qu'il y ait apprentissage, il faut un niveau acceptable de stress. Ce niveau acceptable pourrait se situer à mi-chemin entre le stress qui peut faire vivre de la frustration et l'absence de stress qui peut faire vivre de la démission. Le défi est donc de créer un contexte qui produira un niveau acceptable de stress qui sera favorable à l'apprentissage. Ce niveau acceptable peut être obtenu si l'on tient compte d'un certain nombre de considérations telles que :

  • La formulation des questions, de façon à placer tous les élèves en situation d'alerte en invitant chacun individuellement à réfléchir à une question. Exemple : «J'invite maintenant chacun à...»
  • L'encouragement de tous les élèves à répondre aux questions tout en trouvant le moyen de donner équitablement la parole à tous les élèves.
  • Le fait pour l'enseignant d'être visible en se déplaçant dans la salle de classe.
  • L'anticipation des conséquences (plaisir de la réussite ou crainte de l'échec).
  • La gestion du temps. Une limite de temps connue des élèves favorise un effort intensif pour la réalisation du travail.
  • La possibilité pour les élèves d’être aidés soit par l’enseignant ou par les pairs. Sans encourager la dépendance et sans faire «à la place de» mais en fournissant des «idées repères» et des pistes qui vont les encourager à penser de façon individuelle.

L’intérêt
L'intérêt est suscité par tout ce qui arrive à piquer la curiosité, à stimuler l'imagination, à retenir l'attention ou encore par tout ce qui a une signification personnelle. Ainsi, tout ce qui est nouveau, différent ou vivant ou encore tout ce qui peut toucher des préoccupations ou des aspirations personnelles a de fortes chances de susciter l'intérêt des élèves et conséquemment, leur participation au travail d'équipe. De plus, il est à noter que l'humour et l'enthousiasme peuvent également contribuer à faire naître et à soutenir l'intérêt.

La signification
Il existe une corrélation entre le niveau d'engagement de l'élève et :

  • Le fait que l'apprentissage se rapporte aux connaissances et aux expériences passées, présentes ou futures de l'élève.
  • Le fait qu'il y ait partage ou discussion du but de l'apprentissage avec les élèves.
  • Le fait que les activités proposées soient appropriées à l'âge ou au niveau de maturité des élèves.

La connaissance des résultats
La confirmation que le travail est bien fait et la conviction qu'il est possible de réussir sont des facteurs qui influencent la motivation à continuer chez les élèves. Ainsi, les réactions qu'ils reçoivent soit de la part de leurs pairs soit de la part de l'enseignant auront sûrement des incidences sur leur décision ou sur leur motivation. Une rétroaction immédiate, spécifique et aidante a plus de chance de favoriser la poursuite de l'activité.

Ambiance positive et climat de confiance
Une expérience d'apprentissage vécue de façon agréable donnera probablement aux élèves le goût de poursuivre. Le contraire est aussi vrai. Pour créer un climat de confiance et de plaisir durant l'apprentissage il faut porter une attention particulière aux points suivants :

  • Être chaleureux, aimable, respectueux et montrer que l'on accepte les autres.
  • Valoriser les réponses des élèves.
  • Renforcer de façon positive les efforts d'apprentissage.
  • Bien établir les règles et ce que l'on attend de tous dans la salle de classe, ce qui crée un environnement sécurisant.
  • Enseigner aux élèves les habiletés sociales qui vont leur permettre d'interagir les uns avec les autres de façon positive en se soutenant mutuellement.

Un bon climat de confiance entre coéquipiers est nécessaire à l'apprentissage et permet à chacun d'augmenter son niveau de confiance en soi. Ainsi les élèves qui ont peur de l'échec se sentiront soutenus et encouragés et auront tendance à s'impliquer et à devenir davantage responsables de leurs apprentissages.

L’évaluation de la tâche
La façon dont l’évaluation sera faite, aura beaucoup d’influence sur la responsabilisation individuelle. Il faut ainsi éviter de ne faire que des évaluations communes. Les élèves devraient avoir à démontrer leurs apprentissages de façon individuelle.

Lorsque les élèves savent qu’ils seront évalués individuellement, ils prennent une part plus active dans l’ensemble du processus. Ils seront plus intéressés et plus critiques face au travail des autres.

Rôles
En variant le rôle des élèves dans une même équipe, ils deviennent responsables d’une fraction de la tâche totale pour laquelle ils sont entièrement responsables. Chaque élève peut aussi être expert d’un aspect précis. La personne enseignante peut enseigner des notions au groupe d’experts qui eux doivent enseigner cette même notion à leurs groupes de base. Par exemple, la personne enseignante peut expliquer, à un membre de chaque équipe, le fonctionnement du balayeur optique. Les experts reviennent dans leurs groupes de base et expliquent la procédure aux autres.

Il est toutefois possible de fournir des grilles pour appuyer les élèves et les habituer à se questionner sur les stratégies et résultats des membres de leur équipe. La personne enseignante peut faire des tableaux à double entrée dans lesquels les élèves notent les réponses des membres de leur équipe. Cela permettra de vérifier la participation de chacun. En voici un exemple :

 
Jonathan
Amélie
Moi
Comment as-tu trouvé l’information pour faire ta recherche?      
Nomme deux apprentissages que tu as faits au cours de cette recherche.      

Chaque élève complète la grille individuellement et ensuite il y a échange des réponses; chacun doit noter ce que les autres ont à dire. Il s’aperçoit ainsi de l’écart entre lui et les autres et, s’il y a lieu, il prend le temps de consolider ses apprentissages.
 
Rôle de l'enseignant

  • Planifier des tâches favorisant la responsabilisation individuelle.
  • Éviter l’évaluation de groupe où une même note est accordée pour l’ensemble des membres de l’équipe.

Rôle de l'élève

  • S’en tenir à la tâche.
  • Rendre des comptes.
  • Prendre les moyens pour compléter ses tâches.

Page suivante >

©AQUOPS, 1999-2002. Tous droits réservés.
Révisé le 5 juin 2002
cep@aquops.qc.ca